Forte incidence de MTEV en dépit de la surveillance électronique pour thromboprophylaxie chez les patients hospitalisés pour cancer.

Rationnel :  

La MTEV est fréquente au cours du cancer et les recommandations de prophylaxie primaire mal appliquées dans ce domaine. Les alertes électroniques sont le moyen le plus efficace de faire appliquer la prophylaxie primaire en milieu hospitalier dans la population générale. Aucune donnée n’est disponible pour les patients atteints de cancer.

Titre complet: High incidence of venous thromboembolism despite electronic alerts for thromboprophylaxis in hospitalised cancer patients

Ramón Lecumberri; Margarita Marqués; Elena Panizo; Ana Alfonso; Alberto García-Mouriz; Ignacio Gil-Bazo; José Hermida; Sam Schulman; José A. Páramo.

Mots clés : thrombose, cancer, recommandations, alertes électroniques

But :  Evaluer l’impact des alertes électroniques dans la prévention de la MTEV chez les patients cancéreux hospitalisés.

Matériel et méthodes :  Etude prospective à l’université de Navarre chez les patients hospitalisés de 2006 à 2010. Groupe témoin = patients de 2005 avant la mise en place des alertes électroniques.

Critère de jugement :Taux de MTEV symptomatique durant l’hospitalisation. Les ETV sont collectés à partir des résumés médicaux de sortie et la prescription d’anticoagulants.

Résultats : 32167 patients hospitalisés de 2006 à 2010 dont 9265 avec cancer, la moitié (4625) en onco hématologie.

Groupe témoin : 2384 patients avec Kc (1336 en onco hématologie), 4061 sans Kc

Le taux d’alerte augmente de 2006 à 2010 pour la population avec cancer mais pas pour la population sans Kc.Watch Full Movie Online Streaming Online and Download

Le taux de prophylaxie correcte augmente :

–         sur l’ensemble des patients de 49% à 62% de 2006 à 2010 pour un taux de 2005 à 27%

–         chez les patients hospitalisé en onco hématologie de 40 à 57% de 2006 à 2010

–         chez les patients atteints de cancer essentiellement la première année mais cela est lié à une plus grande proportion de patients chirurgicaux en 2006 avec une meilleure prophylaxie cette année là.

Cette amélioration se traduit par :

–         une baisse des ETV chez les patients sans Kc de 2 ;7% à 0,8%

–         une absence de baisse des ETV chez les patients avec Kc 3,8% en 2005 vs. 3 ,3% sur 2006-2010

Discussion

Ce travail est le premier du genre et remet en cause l’efficacité des alertes électroniques pour la prévention de la MTEV chez les patients atteints de cancer et hospitalisés. Malgré une augmentation de prophylaxie correcte, le taux des ETV reste globalement stable. Il est à noter que de nombreux ETV (n non précisé) se sont produits malgré une bonne prévention, comme cela est le cas dans le registre SWITTER où 60% des ETV des patients atteints de cancer surviennent en cas de prophylaxie adaptée. Il est difficile sur les données de ce papier de donner une explication à cette absence d’efficacité : taux de prévention insuffisant car globalement de 60% sur la période des alertes électroniques, inefficacité plus liée à la prévention en médecine classiquement moins bien appliquée, prévention insuffisante telle qu’actuellement effectuée pour la population atteinte de Kc ?

D’un point de vue plus pragmatique, comme le notent bien les auteurs, comme tous les patients atteints de cancer hospitalisés doivent avoir une prévention de la MTEV sauf contre indication (Recos ASCO et ISTH), les alertes électroniques sont un peu caduques.

Les résultats de cette étude ne rendent pas très optimiste car l’amélioration des pratiques ne se traduit pas par une baisse de la MTEV et car ne sont pris en compte que les ETV hospitaliers. Le problème des ETV post hospitalisation n’est pas non plus résolu non plus par une prophylaxie prolongée comme le montre l’article de Fakinos (Am J Med 2011;124 :1143-50) où la prophylaxie prolongée à trois mois n’entraînait pas de baisse des ETV. Que faire si une prophylaxie correcte pendant et allongée après hospitalisation ne marche pas ?

Les enseignements de ce travail sont donc finalement à l’image de l’hôpital de Navarre ayant réalisé cette étude et qui est situé en bordure du chemin de Saint Jacques de Compostelle. De là il reste un peu moins de 700 km à parcourir. Ici aussi la route est longue avant d’arriver à une prophylaxie efficace de la MTEV chez les patients atteints de cancer….

P. Debourdeau

—————————————————————————————————–Boyka: Undisputed IV film trailer

Sources externe ou interne ( auteurs, dates, publications….)

High incidence of venous thromboembolism despite electronic alerts for thromboprophylaxis in hospitalised cancer patients

Thromb Haemost. 2013 May 16;110(1).

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23677515

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *