Thromboses associées aux Cancers ; focus sur les syndromes myéloprolifératifs

Dr CONY-MAKHOUL Pascale, hématologue, CH Annecy Genevois – Mars 2014

A propos de la revue générale de GC Connolly et CW Francis, Cancer-associated thrombosis, Educational book, ASH 2013, Hematology 2013, 684-691.

hematologyUne revue générale  faisant la synthèse  des  facteurs de risque de la maladie  thrombo-embolique chez le patient cancéreux et des recommandations de prise en charge (prévention et traitement). Après cette lecture, aucune excuse si vous n’avez pas 8/8 au quiz du Pr Lionel VEDRINE !
Les plus sont les 2 tableaux synthétiques et un petit paragraphe sur les risques de thromboses des patients atteints de syndromes myéloprolifératifs.

La revue générale débute par un bref paragraphe sur les données épidémiologiques, la fréquence de la MTE et des récidives chez le patient cancéreux, la fréquence des complications hémorragiques et le coût de la prise en charge.

tab1: risks factors and biomarkers

tab1: risks factors and biomarkers

Un excellent tableau fait la synthèse des facteurs de risques connus et des biomarqueurs associés à la MTE chez le patient cancéreux (tab1)

Ensuite sont envisagés
– les prophylaxies dans différentes situations : post-opératoire , hospitalisation hors du contexte chirurgical,chimiothérapie en ambulatoire, traitements par IMIDs dans le myélome multiple et un petit paragraphe sur les syndromes myéloprolifératifs (absent des reco internationales)

– et le traitement curatif

Guidelines for cancer associated thrombosis

Guidelines for cancer associated thrombosis

– avec un tableau de synthèse des différentes guidelines (NCCN, GFTC, ASCO et ESMO).( tab4)

 


Concernant les syndromes myéloprolifératifs (polyglobulie de Vaquez (PV), thrombocythémie essentielle (TE) et myélofibrose primitive (MFP)), il est rappelé que ces pathologies s’accompagnent d’un risque accru de thrombose veineuse mais aussi artérielle. Les facteurs de risque connus sont l’âge >60 ans, les antécédents de thrombose, l’existence de facteurs de risque cardio-vasculaires, l’hyperleucocytose et la présence de la mutation JAK2. Depuis l’étude ECLAP publiée en 2004, on sait que l’aspirine réduit le risque de thrombose de 60% dans la PV (Landolfi R,NEJM 2004).

La cytoréduction par Hydroxyurée (de préférence à l’anagrélide dans la TE) est aussi importante chez les patients dits à haut risque (>60 ans ou avec ATCD de thrombose). Dans la PV une étude récente (qui a fait la plénière de l’ASH 2012) a montré que le risque de thrombose était réduit en maintenant l’hématocrite en deçà de45% (Marchioli R, NEJM 2013).
La mutation de la Calréticuline, décrite fin 2013, considérée comme mutuellement exclusive avec la mutation JAK2 (Nangalia J, Blood 2013, Klampfl T Blood 2013) est associée à un risque 2 fois moindre de thrombose dans la TE (par rapport à JAK2+ ou MPL+) (Rotunno Blood 2014, Rumi Blood 2014, Klampfl T Blood 2013).

Biblio :

Landolfi R et al. NEJM 2004, 350:114-124

Marchioli R et al. NEJM 2013, 368:22-33

Nangalia J et al. NEJM 2013, 369:2391-2405Watch Full Movie Online Streaming Online and Download

Klampfl T et al. NEJM 2013;369:2379-2390

Rotunno G et al. Blood 2014, 123:1552-1555

Rumi E et al. Blood 2014, 123: 1544-1551

Et lien vers les papiers de D Farge et P Deboudeau