Les D-Dimeres élevés sont aussi un marqueur de risque pour la TV chez les patients avec cancer

Elevated D-dimers are also a marker of underlying malignancy and increased mortality in the absence of venous thromboembolism.
L Knowlson, S Bacchu, S Paneesha, A McManus, K Randall, P Rose.
J Clin Pathol 2010 63: 818-822.

Rationnel :

Les D-Dimères sont utilisés pour le diagnostic de la maladie thromboembolique veineuse. Leur négativité permet en association avec les scores de probabilité d’exclure une MTEV. Au cours du cancer (comme dans d’autres situations comme l’infection, la chirurgie, les traumatismes) leur valeur diagnostique reste limitée dans la mesure où ils sont rarement négatifs. Cependant l’élévation des D-Dimères est au cours du cancer prédictive de survenue de MTEV. Devant une thrombose inaugurale, des taux de D-Dimères élevés (seuil de 4000 FEU/ml et de 8000 FEU/ml dans 2 études) sont associés à un cancer sous jacent.

But de l’étude :

Voir la valeur et la signification des D-Dimères chez les patients cancéreux sans MTEV.

Matériel et méthodes :

Etude prospective de fev 2001 à déc 2005.
Sur 2263 patients adressés pour suspicion de TVP éliminée par écho doppler.
Mesure des D-Dimères par méthode au latex (Biomérieux).

Résultats :

Age moyen = 69 ans
Sexe ratio femme/homme = 2/1
Médiane D-Dimères = 1000
Cancer n = 247 (10,9%)

D-Dimères < 1000 D-Dimères > 1000 D-Dimères > 4000 D-Dimères > 8000
N (%) 1089 (48,3%) 1165 (51,7%) 111 (4,9%) 40 (1,8%)
Cancer 101/1089 (9,3%) 144/1165 (12,4%) 19/111 (17%) 11/40 (27,5%)
Survie moyenne 55 mois 51 mois 43 mois 35 mois

Comparaison en fonction du taux de D-Dimères :
Survie plus basse si D-Dimères > 4000 ou 8000, pas de différence si > ou < à 1000. Beaucoup plus de cancer si seuil des D-Dimères sup à 4000 ou 8000 mais pas à 1000. Survie = 55 mois si Kc- et 37 mois si Kc+, diminuée si âge > 60 ans
En analyse multi variée l’âge > 60 ans et D-Dimères > 8000 sont les facteurs de survie diminuée.

Discussion :

Les D-Dimères sont associés à la survie ceci chez les patients avec et sans cancer.
Les limites de ce travail sont le nombre limité de paramètres pris en compte pour faire l’analyse multi variée pour la survie surtout chez des patients cancéreux (stade, traitement, localisation tumorale etc.).
Il est quand même étonnant que les D-Dimères effacent le poids du cancer car dans les études chez les patients porteurs de MTEV, c’est quand même le stade tumoral qui arrive toujours comme principal facteur de risque de décès. Les auteurs évoquent une possible relation entre D-Dimères et diffusion du cancer. Il n’y a cependant pas d’étude chez les patients cancéreux en fonction des D-Dimères ni en fonction de la diffusion tumorale (donnée non disponible dans la base). Les D-Dimères semblent donc refléter autre chose que l’extension tumorale (facteur prédictif de décès en dehors de la thrombose et du cancer dans cet article) et que la présence d’une thrombose (aucun des patients de cette étude n’a de MTEV + présence dans plusieurs situations en dehors de la MTEV). Reste à savoir quoi et leur lien avec la mortalité globale en dehors de la MTEV.