Apixaban and Dalteparin in Active Malignancy Associated Venous Thromboembolism: The ADAM VTE Trial

Date: 1er Novembre 2019

Titre: Apixaban and Dalteparin in Active Malignancy Associated Venous Thromboembolism: The ADAM VTE Trial.

Source URL : doi: 10.1111/jth.14662

Mots clés : Apixapan; Daltéparine; Maladie thromboembolique veineuse; Cancer

Auteurs: McBane R 2nd, Wysokinski WE, Le-Rademacher JG, Zemla T, Ashrani A, Tafur A, Perepu U, Anderson D, Gundabolu K, Kuzma C, Perez Botero J, Leon Ferre RA, Henkin S, Lenz CJ, Houghton DE, Vishnu P, Loprinzi CL.

Rédacteur : Dr. Corinne FRERE

Texte :

Les résultats de l’étude ADAM-VTE, présentés lors du congrès de l’ASH en décembre 2018, ont été publiés dans le numéro d’octobre du Journal of Thrombosis and Haemostasis.  Après les essais HOKUSAI VTE CANCER et SELECT-D, il s’agit du troisième essai clinique randomisé ayant comparé la sécurité et l’efficacité d’un anticoagulant oral direct (AOD), l’apixaban, à celles du traitement de référence (héparines de bas poids moléculaires [HBPM] au long cours) de la Maladie Thromboembolique Veineuse (MTEV) chez les patients atteints de cancer.

Il s’agit d’un essai randomisé, ouvert, multicentrique (28 centres). Le critère de jugement principal était la survenue d’une hémorragie majeure sous traitement. Les critères de jugement secondaires comprenaient la survenue d’une récidive de MTEV sous traitement et la survenue d’une hémorragie majeure ou non majeure mais cliniquement pertinente sous traitement (critère composite).

Trois cents patients avec cancer actif ayant présenté un premier épisode de MTEV ont été inclus prospectivement et randomisés en deux groupes : un groupe apixaban (10 mg d’apixaban x 2 par jour pendant 7 jours, puis 5 mg x 2 par jour pour une durée totale de traitement de 6 mois) et un groupe daltéparine (200 UI/Kg/j pendant 30 jours puis 150 UI/j pour une durée totale de traitement de 6 mois).

Sur les 300 patients randomisés, 287 ont été inclus dans l’analyse. A l’inclusion, 53% des évènements thromboemboliques étaient des embolies pulmonaires. Plus de la moitié des patients (66%) avaient une maladie tumorale métastatique, et 74% d’entre eux recevaient un traitement anticancéreux.

Aucune hémorragie majeure n’a été observée chez les 145 patients traités par apixaban tandis qu’une hémorragie majeure est survenue chez 1,4% des 142 patients traités par daltéparine (p=0,138; Hazard Ratio (HR) non estimable en raison de l’absence d’évènement dans le bras apixaban). Une rédicive de MTEV a été observée chez 0,7% des patients du bras apixaban versus 6,3% des patients du bras daltéparine (HR 0,099, IC à 95%, 0,013 à 0,780, p=0,0281). Les taux d’hémorragies majeures et non majeures mais cliniquement pertinentes ont été de 6% dans les deux bras.

Une méta-analyse des essais HOKUSAI VTE CANCER et SELECT-D avait montré que, comparés aux HBPM, les AOD étaient associés à un risque relatif (RR) de récidives de MTEV de 0.65 (IC 95 % : 0.42-1.01), à un RR d’hémorragies majeures de 1.74 (IC 95 % : 1.05-2.88), et à un RR d’hémorragies non majeures mais cliniquement pertinentes de 2.31 (IC 95 % : 0.85-6.28). Ce surrisque d’hémorragies sous traitement par AOD n’a pas observé dans l’étude ADAM-VTE.

Les résultats de l’essai randomisé de large effectif CARAVAGGIO, comparant l’efficacité et la sécurité de l’apixaban à celles de la dalteparine chez les patients avec cancer actif ayant présenté un premier épisode de MTEV sont attendus pour mars 2020.