Association of androgen deprivation therapy and thromboembolic events: a systematic review and meta-analysis

Date: Le 2 février 2018

Titre complet: Association of androgen deprivation therapy and thromboembolic events: a systematic review and meta-analysis

SOURCE URL: 10.1016/j.urology.2017.11.055

Mots clés : Maladie Thromboembolique Veineuse, Cancer de la Prostate, Déprivation androgénique

Auteurs : Nead KT, Boldbaatar N, Yang DD, Sinha S, Nguyen PL

Rédacteur : Dr. Francis CAJFINGER & Dr. Corinne FRERE

Texte :

Le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent et la cinquième cause de mortalité par cancer chez l’homme. L’hormonothérapie anti-androgénique (ou déprivation androgénique) est le traitement systémique initial standard du cancer de la prostate métastatique. Il est également indiqué en association avec la radiothérapie dans les formes localement avancées, en cas de récidive biologique, locale ou métastatique, ou de contre-indication au traitement local à un stade localisé. Les effets indésirables de la déprivation androgénique sont cependant nombreux (principalement métaboliques et cardiovasculaires).

Plusieurs études de cohorte rapportent une augmentation signification du risque de Maladie Thromboembolique Veineuse (MTEV) chez les patients avec cancer de la prostate traités pas déprivation androgénique.

Dans cette méta-analyse de 10 études ayant inclus des patients atteints cancer de la prostate identifiées par une recherche sur PubMed, Web of Science et Scopus, la déprivation androgénique sans œstrogène était associée à un risque accru de 43 % de MTEV chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate, par comparaison aux hommes atteints d’un cancer de la prostate sans déprivation androgénique (RR, 1.,43 ; IC à 95%, 1.15-1.77 ; p = 0,001). Dans 9 études, l’œstrogénothérapie seule était associée à un risque accru de MTEV (RR, 3.72 ; IC à 95%, 1.78-7.80 ; p <0,001). Dans le cancer de la prostate localisé, la déprivation androgénique sans œstrogène était associée à un risque accru de MTEV (RR, 1.10; p < 0,001).

La littérature actuelle suggère donc que la déprivation androgénique sans œstrogène est associée à une augmentation significative du risque d’événements thromboemboliques veineux chez les patients atteints de cancer de la prostate.