Et si le bevacizumab protegeait des evenements thrombo emboliques veineux ?

On a lu pour vous

Bevacizumab and the Risk of Arterial and Venous Thromboembolism in Patients With Metastatic, Castration-Resistant Prostate Cancer Treated on Cancer and Leukemia Group B (CALGB) 90401 (Alliance)

Cancer 2014 Nov 21; (EPUB Ahead of Print ), JN PATEL ,C JIANG ,DL HERTZ ,FA Mulkey , K Owzar , S Halabi , MJ Ratain ,PN Friedman , EJ Small , MA Carducci , JF Mahoney , MJ Kelley , MJ Morris , WK Kelly , HL McLeod

 On sait que le bevacizumab augmente le risque d’événements thromboemboliques artériels(ETA) ; cependant et c’est le moins qu’on puisse dire, le risque d’événements thromboemboliques veineux (ETV) reste controversé. Les données sont faibles sur les facteurs qui augmentent le risque d’ETA /ETV chez les malades porteurs d’un cancer de la prostate. Les auteurs se sont intéressés à l’association traitement par bevacizumab et éléments cliniques d’une part et le risque d’ETA/ETV chez des malades traités dans l’essai 90401 du CALGB (Cancer and Leukemia Group B)

Les malades porteurs d’un cancer de la prostate hormono résistant et métastatique ont été randomisés en 2 groupes , l’un sous docetaxel prednisone et bevacizumab toutes les 3 semaines , et l’autre sans bevacizumab.On a utilisé les modèles de régression de Cox pour analyser l’association entre bevacizumab et l’incidence d’ETA et d’ETV de grade 3 ou plus.(>3).L’âge , les antécédents d’ETA /ETV , la prescription d’anticoagulants /antiagrégants plaquettaires au départ , et le score de risque d’ETV (basé sur le nombre de leucocytes , le taux d’hémoglobine , le taux de plaquettes , et la localisation tumorale ) ont été évalué en analyse uni variée et multivariée.

Parmi 1008 malades randomisés , le risque de présenter un ETA >3 était significativement plus important chez ceux ayant reçu du bevacizumab per rapport à ceux ayant reçu un placebo(OR , 2.79 ; P=.02), alors qu’ il existait une tendance inverse pour les ETE >3 (OR,0.6 ;P=.08) .En analyse multivariée, un traitement par bevacizumab (Hazard ratio(HR),3.00 ;P=.01) et l’âge (HR, 1.06 ; P=.02) ont été significativement associés à un risque d’ETA ; alors que l’âge (HR , 1.05 ; P=.01) et le score de risque de ETV ont été significativement associé à un risque d’ETV.

En conclusion, il existe une association significative entre bevacizumab et un risque plus important d’ETA chez des malades porteurs d’un cancer de la prostate hormono résistant et métastatique, mais il n’y avait pas d’association significative avec le risque d’ETV.La compréhension des facteurs cliniques qui augmentent le risque de présenter des ETA/ETV est essentiel pour réduire les risques et l’impact de ces complications dans la prise en charge de la maladie cancéreuse.

Que faut-il en retenir ?

Quand on passe en revue les données de l’essai 90401 du CALGB qui a randomisé 1008 malades recevant du détaxe avec ou sans bevacizumab, on note que le taux d’événements thromboemboliques artériels de grade 3 ou plus est significativement plus important dans le bras bevacizumab (3.8% contre 1.4% ; P=.02).Cependant, le taux d’événements thromboemboliques veineux de grade 3 ou plus n’est pas significativement différent (4.4% contre 7.1% ; P=.06)

Cet article ainsi que d’autres suggèrent un effet bénéfique potentiellement nt protecteur d’événements thromboemboliques veineux en tout cas dans cette pathologie et qui peut être expliqué par un meilleur contrôle tumoral chez ces malades .Quid de la thrombophylaxie ?

Docteur Francis Cajfinger
Service d’Oncologie Médicale du Pr Khayat
Hôpital de la Salpetrière
47 Boulevard de l’Hôpital
75013 Paris
francis.cajfinger@psl.aphp.fr