Clinical characteristics, management, and outcome of incidental pulmonary embolism in cancer patients

Date: 04 Mai 2020

Titre: Clinical characteristics, management, and outcome of incidental pulmonary embolism in cancer patients.

Source URL: doi: 10.1182/bloodadvances.2020001501.

Mots-clés: Maladie Thromboembolique Veineuse ; Cancer; Embolie pulmonaire de découverte fortuite ; Facteurs de risque ; Mortalité

Auteurs: Qdaisat A, Kamal M, Al-Breiki A, Goswami B, Wu CC, Zhou S, Rice TW, Alagappan K, Yeung SJ.

Rédacteur: Dr Corinne FRERE

Texte :

Le développement des techniques d’imagerie non-invasives pour le suivi de des patients atteints de cancer amène à la découverte d’un nombre croissant d’épisodes de Maladie Thromboembolique Veineuse (MTEV) asymptomatiques (de découverte fortuite). Les embolies pulmonaires (EP) de découverte fortuite représentent ainsi jusqu’à 50% des EP diagnostiquées chez les patients avec cancer.

L’objectif de cette étude cas-témoins était d’étudier les caractéristiques cliniques, les facteurs de risque et la mortalité associée aux EP de découverte fortuite chez les patients atteints de cancers. Tous les patients atteints de cancer admis consécutivement dans le service des urgences de l’Université du Texas du MD Anderson Cancer Center entre le 1er Janvier 2006 et le 1er janvier 2016 étaient éligibles pour cette étude. Chaque cas d’EP de découverte fortuite a été apparié à 2 témoins en utilisant un score de propension basé sur une régression logistique pour le statut d’EP avec les facteurs affectant la survie globale. Neuf-cent-quatre cas d’EP asymptomatique confirmée ont été inclus dans l’analyse et appariés à 1808 contrôles. L’âge médian des patients était de 63 ans dans les 2 groupes, et un traitement anticancéreux était plus fréquemment administré chez les cas que chez les contrôles (55.4% versus 34.0% ; p=0.002). Les patients recevant une chimiothérapie cytotoxique avaient un risque presque trois fois plus élevé de développer une EP de découverte fortuite (odds ratio [OR], 2.87; intervalle de confiance à 95% [IC à 95%], 2.42-3.40 ; p<0,001). Les EP asymptomatiques étaient plus fréquemment découvertes au cours de la première année suivant le diagnostic de cancer (OR, 2.79 ; IC à 95%, 2.37-3.29 ; P <0,001). La mortalité intra-hospitalière a été de 1.9%. Les taux de mortalité à 7 et 30 jours parmi les cas étaient respectivement de 1.8% et 9.9%, soit significativement plus élevés que ceux observés dans le groupe des témoins (0.2% et 3.1%, respectivement ; p<0.001). La survenue d’une EP asymptomatique était associée à une survie globale diminuée (rapport de risque [HR], 1.93; IC à 95%, 1.74-2.14 ; p<0,001). Chez les cas, une thrombose veineuse profonde concomitante (fémorale, poplitée, iliaque, ou de la veine cave) a été identifiée chez 189/904 patients (20.9%) et la présence d’une thrombose veineuse profonde concomitante était associée à une survie globale diminuée (HR, 1.65; IC à 95%, 1.21-2.25 ; p = 0.001).

Les recommandations internationales ITAC pour la prévention et le traitement de la MTEV chez les patients atteints de cancer (ITAC-CME, www.itaccme.com) de 2016, réactualisées en 2019, soulignent l’importance de traiter de manière identique les épisodes de MTEV symptomatiques ou asymptomatiques. Les résultats de cette étude confirment les données précédentes de la littérature démontrant que les EP asymptomatiques sont associées à un risque élevé de récidive et de décès. Ils corroborent donc les recommandations internationales qui préconisent de traiter de manière identique les épisodes symptomatiques et les épisodes asymptomatiques.