Effectiveness and safety of rivaroxaban compared with low-molecular-weight heparin in cancer-associated thromboembolism.

Date: 1er septembre 2020

Titre: Effectiveness and safety of rivaroxaban compared with low-molecular-weight heparin in cancer-associated thromboembolism.

Source URL : doi: 10.1016/j.eururo.2020.05.001.

Mots clés : Maladie Thromboembolique Veineuse; Cancer ; Rivaroxaban ; Héparines de bas poids moléculaire 

Auteurs : Costa OS, Kohn CG, Kuderer NM, Lyman GH, Bunz TJ, Coleman CI.

Rédacteur : Dr. Corinne FRERE

Texte :

Les recommandations internationales ITAC pour la prise en charge de la Maladie Thromboembolique Veineuse (MTEV) chez les patients atteints de cancer, mises à jour en 2019, autorisent désormais la prescription d’un anticoagulant oral direct (AOD) pour  le traitement initial (de J1 à J10) et de maintenance (jusqu’à 6 mois) de la MTEV, en l’absence de contre-indication (risque élevé de saignement gastro-intestinal ou génito-urinaire, altération de l’absorption gastro-intestinale, insuffisance rénale chronique avec un DFG < 30 mL/min), en alternative aux héparines de bas poids moléculaire (HBPM).

Quatre essais randomisés contrôlés ont comparé l’efficacité et la sécurité des inhibiteurs directs du facteur X (Edoxaban, Apixaban et Rivaroxaban) à celles des HBPM dans le traitement de la MTEV chez les patients atteints de cancer. Les résultats de ces 4 essais démontrent globalement que les AOD sont non inférieurs aux HBPM en termes de récidive de MTEV, mais qu’ils sont associés à une augmentation significative du risque de saignement majeur pour l’Edoxaban et le Rivaroxaban (par rapport aux HBPM), notamment en cas de cancer digestif.

Cette étude de « vie réelle » avait pour objectif principal de comparer l’efficacité et la sécurité du rivaroxaban à celles des HBPM pour le traitement de la MTEV associée au cancer. Les données américaines de la base de données SEER (Surveillance, Epidemiology and End Results-Medicare-linked), colligées ente 2013 et 2016, ont été analysées rétrospectivement. Tous les patients atteints d’un cancer actif du sein, du poumon, de l’ovaire ou du pancréas, et admis à l’hôpital ou aux urgences pour la prise en charge d’une MTEV étaient éligibles pour cette étude, à l’exception des patients atteints de cancers gastro-intestinaux ou génito-urinaires. Sur 2667 patients avec cancer et MTEV traités par rivaroxaban ou HBPM entre 2013 et 2016, 529 patients traités par rivaroxaban ont été appariés à 529 patients traités par HBPM à l’aide d’un score de propension. Comparé aux HBPM, le rivaroxaban a permis une diminution significative des récurrences de MTEV à 6 mois (HR, 0,37; IC à 95%, 0,15-0,95) sans différence significative en termes d’hémorragie majeure (HR, 1,01; IC à 95%, 0,50-2,01) et de mortalité (HR, 0,87; IC à 95%, 0,70-1,07) vs HBPM.