Extended treatment with edoxaban in cancer patients with venous thromboembolism: A post-hoc analysis of the Hokusai-VTE Cancer study.

Date: 9 septembre 2019

Titre: Extended treatment with edoxaban in cancer patients with venous thromboembolism: A post-hoc analysis of the Hokusai-VTE Cancer study.

Source URL: doi: 10.1111/jth.14561.

Mots clés : Maladie thromboembolique veineuse ; Cancer ; Anticoagulants ; Traitement au long cours

Auteurs : Di Nisio M, van Es N, Carrier M, Wang TF, Garcia D, Segers A, Weitz J, Buller H, Raskob G

Rédacteurs : Dr Manon LEJEUNE & Dr Corinne FRERE

Texte :

Introduction :

Chez les patients atteints de cancer,  les héparines de bas poids moléculaires (HBPM) ou les anticoagulants oraux directs (AOD), en l’absence de contre-indication,  sont recommandés en première intention pour le traitement initial (grade 1B) et au long cours (grade 1A) de la Maladie Thromboembolique Veineuse (MTEV) constituée (http://www.thrombose-cancer.com/international-guidelines-2019). Comparés aux patients avec MTEV sans cancer, ces patients ont un risque de récidive de MTEV multiplié par 3, même sous traitement anticoagulant bien conduit, et un risque d’hémorragie majeure multiplié par 6. Au-delà de 6 mois de traitement, il est suggéré de poursuivre les anticoagulants tant que le cancer est actif, mais cette approche est peu documentée et la décision de poursuivre ou d’arrêter le traitement doit être basée sur une évaluation individuelle du rapport bénéfice/risque, de la tolérance, de la préférence des patients et de l’activité tumorale.

Méthodes :

L’essai randomisé, ouvert, multicentrique (114 centres dans 13 pays), en intention de traiter Hokusai VTE Cancer a comparé l’efficacité et la sécurité de l’edoxaban à celles de la daltéparine pour le traitement curatif de la MTEV chez les patients atteints de cancer. Le critère de jugement principal était un critère composite incluant les récidives de MTEV et les hémorragies majeures (définies selon les critères de l’ISTH) à 12 mois. Cette analyse post-hoc d’Hokusai VTE Cancer s’est focalisée sur la période de suivi de 6 à 12 mois.

Résultats :

Dans le bras edoxaban, 294/522 patients (56%) ont été traités pendant plus de 6 mois (médiane, 318 jours) versus 273/524 patients (52% ; médiane, 211 jours) dans le bras daltéparine. Entre 6 et 12 mois de suivi, le critère principal de jugement (récidives de MTEV et les hémorragies majeures) a été observé chez 7 patients (2.4%) dans le bras edoxaban et chez 6 patients (2.2%) dans le bras daltéparine (risque relatif non ajusté, 1.05; intervalle de confiance à 95%, 0.36-3.05).  Une récidive de MTEV est survenue chez 2 patients (0.7%) dans le bras edoxaban et chez 3 patients (1.1%) dans le bras daltéparine. Une hémorragie majeure est survenue chez 5 patients (1.7%) dans le bras edoxaban et chez 3 patients (1.1%) dans le bras daltéparine.

Conclusion :

Dans l’étude Hokusai VTE Cancer, les taux de récidives de MTEV et d’hémorragies majeures ont été relativement faibles chez les patients ayant reçu un traitement anticoagulant prolongé au-delà de 6 mois, et l’edoxaban semble être aussi efficace et sûr que la daltéparine, avec l’avantage d’une prise orale. Ces résultats sont en accord avec ceux d’une revue systématique récente  de toutes les données disponibles de la littérature concernant l’efficacité et la sécurité d’une durée prolongée de traitement anticoagulant chez les patients atteints de cancer et MTEV (Marin-Romero S, Jara-Palomares L. Extended treatment of cancer-associated thrombosis. Thromb Res. 2019 Sep;181:1-9. doi: 10.1016/j.thromres.2019.07.003.)

L’algorithme décisionnel suivant peut être proposé après 6 mois de traitement anticoagulant :

Algorithme décisionnel pour la poursuite d’un traitement anticoagulant au delà de 6 mois chez le patients atteints de cancer. D’après Marin-Romero S, Jara-Palomares L. Extended treatment of cancer-associated thrombosis. Thromb Res. 2019 Sep;181:1-9. doi: 10.1016/j.thromres.2019.07.003.

L’étude randomisée API-CAT (NCT03692065), dont les inclusions sont en cours, devrait permettre de conclure quant à l’efficacité et la sécurité d’un traitement prolongé par AOD (apixaban) après 6 mois de traitement bien conduit par HBPM chez les patients atteints de cancer et MTEV.