Incidence and Timing of Thromboembolic Events in Patients With Ovarian Cancer Undergoing Neoadjuvant Chemotherapy.

Date : Le 10 juin 2017

Titre complet: Incidence and Timing of Thromboembolic Events in Patients With Ovarian Cancer Undergoing Neoadjuvant Chemotherapy.

SOURCE URL : doi: 10.1097/AOG

Mots clés : maladie thromboembolique veineuse, cancer de l’ovaire, chimiothérapie.

Auteurs : Greco PS, Bazzi AA, McLean K, Reynolds RK, Spencer RJ, Johnston CM, Liu JR, Uppal S.

Rédacteurs : Dr Francis Cajfinger

Texte :

Dans le cancer de l’ovaire, c’est au cours de la chimiothérapie que les évènements thromboemboliques (ETE) surviennent de manière fréquente.

Les diagnostics d’ETE sont souvent portés, chez les patientes porteuses d’un cancer de l’ovaire, pendant la chimiothérapie néo-adjuvante ou adjuvante, selon les conclusions d’une étude publiée dans le numéro de Juin d’Obstetrics and Gynecology.

Patricia Greco et coll., de l’Université du Michigan, ont conduit une étude rétrospective portant sur des malades porteuses d’un cancer de l’ovaire, des trompes de Fallope, ou un cancer primitif du péritoine et ayant reçu une chimiothérapie néo-adjuvante.

Les auteurs rapportent que 13 malades sur 125 porteuses d’un cancer de l’ovaire et recevant une chimiothérapie néo-adjuvante ont présenté un ETE comme symptôme initial et ont été exclues d’une analyse supplémentaire. Trente des 112 malades à risque (26,8 %) ont présenté un ETE. Treize malades (11.6%) ont présenté un ETE pendant la chimio néo adjuvante, 6 (5.4%) en postopératoire après la chirurgie de débulking, et 11 (9.9 %) pendant la chimiothérapie adjuvante. Dans cette cohorte, 2 patientes sur les 4 ayant un cancer à cellules claires ont présenté un ETE.

Pour les auteurs, « Au total, il existe une association entre le diagnostic de nouvel ETE et 25% des malades recevant une chimiothérapie néo adjuvante pour un cancer de l’ovaire avec 50 % environ de celles-ci qui sont diagnostiquées pendant la chimiothérapie avant la chirurgie de debulking. On doit donc se poser la question d’une thromboproprophylaxie pendant la chimiothérapie, qu’elle soit néo-adjuvante ou adjuvante dans cette catégorie de patientes, afin de diminuer la fréquence des ETE ».