Incidence of thrombosis and hemorrhage in hospitalized cancer patients with COVID-19

Date: 2Août 2020

Titre: Incidence of thrombosis and hemorrhage in hospitalized cancer patients with COVID-19.

Source URL: doi: 10.1111/jth.15018.

Mots-clés: COVID-19 ; Cancer ; Maladie Thromboembolique Veineuse; Hémorragie ; Thromboprophylaxie.

Auteurs: Patell R, Bogue T, Bindal P, Koshy A, Merrill M, Aird WC, Bauer KA, Zwicker JI.

Rédacteur: Dr. Corinne FRERE

Les données émergentes de la littérature suggèrent que les patients hospitalisés pour COVID-19 présentent un risque élevé de survenue de Maladie Thrombo-embolique Veineuse (MTEV). La prévalence rapportée de la MTEV chez les patients admis en unité de soins intensifs (USI) varie de 8 à 31% selon les études. Il existe, en revanche, très peu de données chez les patients atteints de COVID-19 ambulatoires ou hospitalisés en milieu de soins non intensifs.

Les mécanismes physiopathologiques qui concourent à la survenue d’événements thrombo-emboliques veineux chez les patients atteints de COVID-19 sont d’origine multifactorielle et ne sont, à ce jour, pas entièrement élucidés. Outre les facteurs de risque « classiques » de MTEV (âge, immobilisation, état infectieux, décompensation respiratoire), le syndrome inflammatoire, l’hypoxie, et l’activation des cellules endothéliales secondaire à l’infection virale engendrent une activation majeure de la coagulation et un déséquilibre de la balance hémostatique qui conduit à un état pro-thrombotique (COVID-19-associated coagulopathy).

Une thromboprophylaxie primaire intra-hospitalière systématique par HBPM est donc nécessaire pour prévenir la survenue d’épisodes de MTEV; une intensification de la posologie a été proposée chez les patients atteints des formes les plus sévères.

Les patients hospitalisés avec un cancer actif sont à haut risque de MTEV, mais il n’existe pas, dans la littérature, de données spécifiques sur le risque de MTEV chez les patients hospitalisés pour COVID-19 avec cancer actif.

L’objectif de cette étude de cohorte était d’évaluer et de comparer les incidences cumulées d’événements thrombo-emboliques et hémorragiques à 28 jours chez les patients hospitalisés pour COVID-19 avec et sans cancer actif.

Trois cent quatre-vingt-dix-huit patients ont été inclus dans cette analyse rétrospective, dont 353 patients sans cancer et 45 patients avec cancer actif. Les caractéristiques cliniques des patients (âge, sexe, antibiotiques administrés, durée d’hospitalisation et durée de séjour en soins intensifs) étaient comparables entre les 2 groupes. Les cancers les plus représentés étaient les lymphomes (17,8%), les cancers de la sphère digestive (15,6%), les cancers pulmonaires (13,3%) et les cancers génito-urinaires (13,3%). A 28 jours, l’incidence cumulée des événements thrombotiques a été de 18,2% (IC à 95%, 10,2% à 27,9%) chez les patients sans cancer et de 14,2% (IC à 95%, 4,7% à 28,7%) chez les patients avec cancer actif. L’incidence cumulée des hémorragies majeures et fatales a été de 20,8% (IC à 95%, 12,1 à 31,0%) chez les patients sans cancer et de 19,5% (IC à 95%, 5,5% à 39,8%) chez les patients avec cancer actif. Trois patients sans cancer ont présenté des hémorragies fatales versus 0 patients avec cancer. La survie a été significativement plus courte dans le groupe de patients avec cancer actif (P=0,038).

Les résultats de cette étude suggèrent que le risque de la MTEV chez les patients hospitalisés pour COVID-19 atteints de cancer actif est similaire à celui précédemment observé chez les patients hospitalisés pour COVID-19 sans cancer. Des études de plus large effectif sont nécessaires ; elles permettront de mieux caractériser le risque de MTEV et les spécificités des patients avec cancer actif et COVID-19 et d’optimiser leur prise en charge.