Randomized Phase III Trial of Standard Therapy Plus Low Molecular Weight Heparin in Patients With Lung Cancer: FRAGMATIC Trial.

Date : Le 03 Janvier 2016

Titre complet: Randomized Phase III Trial of Standard Therapy Plus Low Molecular Weight Heparin in Patients With Lung Cancer: FRAGMATIC Trial.

SOURCE URL : ppi:JCO640268

Mots clés : HBPM, maladie thromboembolique veineuse, cancer du poumon, efficacité, tolérance, survie globale.

Auteurs : Macbeth F, Noble S, Evans J, Ahmed S, Cohen D, Hood K, Knoyle D, Linnane S, Longo M, Moore B, Woll PJ, Appel W, Dickson J, Ferry D, Brammer C, Griffiths G.

Rédacteurs : Dr Francis Cajfinger, Dr Corinne Frère

Texte :

Le cancer broncho-pulmonaire est l’un des cancers les plus fréquents dans les pays industrialisés (1,6 millions de nouveaux cas par an et 12.7% des diagnostics de cancer). Il représente 18.2% de la mortalité par cancer. La survie globale est souvent limitée. De nombreuses études expérimentales, ainsi que des arguments indirects, suggèrent que les héparines de bas poids moléculaires (HBPM) pourraient inhiber le développement des tumeurs. Celles-ci constituent donc une piste thérapeutique chez les patients atteints de cancer et sont en cours d’évaluation dans plusieurs essais cliniques.

Objectifs : L’étude FRAGMATIC avait pour objectif d’évaluer l’efficacité et la sécurité des HBPM (daltéparine) administrées durant 24 semaines  en traitement adjuvant  au traitement de référence dans le cancer du poumon à petites cellules (CPPC) et non à petites cellules (CPNPC), tous stades confondus.

Méthodes : Il s’agit d’un essai randomisé, ouvert, multicentrique (129 centres), de Phase III. Les  patients ont été randomisés pour recevoir ou non une injection sous cutanée journalière de daltéparine 5000 UI pendant 24 semaines. Le critère de jugement principal était la survie globale à un an. Les critères de jugement secondaires étaient la survenue d’un événement thromboembolique veineux, la survie sans métastase, la toxicité et la qualité de vie.

Les résultats ont été les suivants :

– 2202 patients ont été inclus. Les caractéristiques des patients étaient identiques dans les deux bras. Sur ces 2202 patients, 17,8% présentaient un CPPC et 82.2% un CPNPC. Le cancer était métastatique dans 60.5 % des cas.

Critère de jugement principal : il n’existe pas de différence statistiquement significative en terme de survie globale  entre les deux groupes (HR, 1.02 [IC 95%, 0.93-1.12]; p=0.66). La médiane de survie est de 9.8 mois dans le groupe HBPM vs 10.2 mois dans le groupe observationnel, et les taux de survie à un an sont de 41.3 et 42.5% respectivement.

Critères de jugement secondaire : le nombre d’événements thromboemboliques veineux  est significativement diminué dans le groupe HBPM (HR, 057 [IC95%, 0.42-0.79]; p<0.001). Le nombre d’accidents hémorragiques majeurs  ne diffère pas significativement entre les deux groupes, en revanche le nombre d’accidents hémorragiques total (majeurs + mineurs) est supérieur sous HBPM.  Il n’existe pas de différence entre les groupe en terme de qualité de vie à 6 (p=0.94) et 12 mois (p=0.89).

Notes et réserves

L’étude FRAGMATIC est à ce jour la plus grande étude randomisée ayant comparé l’efficacité et la sécurité des HBPM utilisées en traitement adjuvant du cancer chez les patients avec cancer du poumon.

Cette étude n’a pas permis de démontrer un effet des HBPM sur la survie globale. Cependant, le taux d’évènements thromboembolique veineux a été plus faible dans le groupe HBPM (5.5% vs 9.7% dans le groupe observationnel). Ce bénéfice est plus faible que dans les études FRAGEM et CONKO-004 portant sur des patients atteints de cancer avancé du pancréas dans lesquelles l’incidence rapportée des évènements thromboemboliques veineux était plus élevée (23% dans le groupe observationnel vs 3.4% dans le groupe HBPM dans l’étude FRAGEM, et 28% dans le groupe observationnel vs 12% dans le groupe HBPM dans l’étude CONKO-004). Ces deux études n’avaient  pas non plus permis de démontrer un effet des HBPM sur la survie globale.

D’autres essais cliniques sont en cours, dont l’étude TILT dirigée par le Pr Guy Meyer qui évalue l’effet de la tinzaparine en traitement adjuvant à la chirurgie sur la survie du cancer bronchique localisé.