Tissue Factor As a Predictor of Recurrent Venous Thromboembolism in Malignancy: Biomarker Analyses of the CATCH Trial

Date : Le 15 Janvier 2017

Titre complet: Tissue Factor As a Predictor of Recurrent Venous Thromboembolism in Malignancy: Biomarker Analyses of the CATCH Trial

SOURCE URL : DOI: 10.1200/JCO.2016.67.4564 Journal of Clinical Oncology – published online before print December 28, 2016

Mots clés : maladie thromboembolique veineuse, cancer, biomarqueur.

Auteurs : Alok A. Khorana, Pieter W. Kamphuisen, Guy Meyer, Rupert Bauersachs, Mette S. Janas, Mikala F. Jarner, and Agnes Y.Y. Lee

Rédacteurs : Dr Francis Cajfinger

 

Texte :

Existerait-il un biomarqueur potentiel des récidives d’évènements thromboemboliques chez les malades atteints de cancer recevant un traitement anticoagulant ?

C’est la question que posent Alok Khorana et coll. dans un article récent du Journal of Clinical Oncology . En effet, les auteurs ont analysé plusieurs biomarqueurs d’intérêt dans la population de l’étude CATCH, et montrent qu’il existe une association entre taux élevés de facteur tissulaire circulant et risque accru de récidives d’évènements thromboemboliques (ETE) chez les malades atteints de cancer et recevant un traitement anticoagulant.

Rappelons que l’étude CATCH était un essai randomisé dans lequel 900 malades présentant un ETE aigu symptomatique (récidivant dans 8,4 % des cas) ont reçu soit de la tinzaparine (Innohep) à la dose de 175 ui/kg soit de la warfarine à posologie adaptée à l’INR sur une période de 6 mois. L’étude des biomarqueurs circulants a évalué la valeur prédictive des taux circulants de facteur tissulaire( mesurés par ELISA), ainsi que des taux circulants de P-Selectine soluble, D-dimères, facteur VIII, et protéine C-réactive.

Les dosages de facteur tissulaire ont été réalisés chez 805 malades dont les taux moyens et médians de facteur tissulaire étaient de 72,5 pg/ml et 50,3 pg/ml (valeurs extrêmes :  15,6 à 798 pg/ml). Le risque de récidive d’ETE était significativement plus élevé chez les 203 malades ayant des taux de facteur tissulaire situés dans le quartile le plus élevé (>64,6 pg/ml) par comparaison aux 602 autres  malades (19% contre 6%, risque relatif =3,3, p<.001).

Dans un modèle de régression en présence de compétition , après ajustement par le traitement reçu , le pays , les antécédents d’ETE, et le statut non métastatique/métastatique , il persiste une association significative entre taux de facteur tissulaire situés dans le quatrième et risque de récidive d’ETE (taux de risque en sous distribution(TRS)= 3,3 ; intervalle de confiance à 95 % compris entre 1,7 et 6,4). Il existe également une association significative entre un risque accru et un taux de protéine c-réactive situé dans le quatrième quartile (TRS = 2, 3 ; intervalle de confiance à 95 % de 1,2 à 4,4), une compression veineuse par masse (TRS = 3,1 ; intervalle de confiance à 95 % de 1,4 à 6,5)et une tumeur des voies biliaires(TRS = 5,5 ; intervalle de confiance à 95 % de 2,3 à 13,6).

Pour les auteurs,  il s’agit de la première étude  mettant en évidence les taux de facteur tissulaire comme biomarqueur potentiel de récidives d’ETE chez des malades atteints de cancer et recevant un traitement anticoagulant. Une stratégie adaptée au risque pourrait aider à identifier des malades à haut risque pouvant éventuellement bénéficier d’une anticoagulation plus intensive.