Update of thrombosis in multiple myeloma

Date : Le 24 Juillet 2016

Titre complet: Update of thrombosis in multiple myeloma

SOURCE URL : Thromb Res. 2016 Apr;140 Suppl 1:S76-80. doi: 10.1016/S0049-3848(16)30103-7.

 

Mots clés : thrombose, myélome multiple

Auteurs : Lebeek FW.

Rédacteurs : Dr Francis Cajfinger

 

Texte :

On sait depuis longtemps que le cancer augmente le risque de thrombose , mais ce n est que récemment que l’aspect spécifique du risque thrombotique spécifique du myélome multiple (MM) a été évalué. Comme Frank Leebek le note dans son article, la pathogenèse de la thrombose dans le MM est complexe et pas totalement élucidée. Bien qu’on comprenne que des facteurs liés à la maladie,  des protocoles thérapeutiques , et des risques spécifiques  liés au malade lui-même contribuent au risque thrombotique, nous ne sommes pas capables de prédire totalement quels sont les malades porteurs de MM qui ont le risque thrombotique le plus élevé ou quel est le meilleur moyen de diminuer ce risque.

L’International Myeloma Working Group(IMWG), l’European Myeloma Network , et d’autres sociétés savantes ont pris en compte le risque thrombotique chez les malades porteurs de MM , et ont publié des recommandations pour la thromboprophylaxie dans le MM basées sur des données disponibles  et les opinions des experts. Ces recommandations fournissent  différentes stratégies prophylactiques basées sur un risque cumulatif identifié à partir de facteurs spécifiques aux malades et à la maladie.

Les données à la base des recommandations sur la thromboprophylaxie viennent en grande partie de sous groupes de grands essais thérapeutiques  , comme cela a été le cas de l’essai de Palumbo  comparant aspirine , AVK et HBPM en thromboprophylaxie chez de nouveaux malades porteurs de MM. Dans la mesure où les essais cliniques ont tendance à inclure les malades les plus sains , les données disponibles concernant le traitement optimal et le risque le plus élevé  sont limitées aux populations de la « vraie vie ». Bien que de telles données soient plutôt limitées à l’études des protocoles incluant des immunomodulateurs , la recherche suggère qu’ il existe un risque thrombotique prolongé au delà de 6 mois.

Dans la mesure où le risque thrombotique dans le MM est reconnu , la thromboprophylaxie  est maintenant incluse comme traitement standard dans les soins de support. De ce fait , le véritable risque thrombotique  lié aux nouveaux médicaments anti MM tels le carfilzomib et le pomalidomide est encore plus difficile à évaluer. De même , le taux de thromboses lié aux anticorps monoclonaux n’a été envisagé que dans le contexte d’essais cliniques , et l’impact de la thrombose dans la vraie vie n’est pas encore connu.

Au fur et à mesure du temps , nous avons appris à évaluer le risque thrombotique dans le MM et des efforts ont été accomplis pour diminuer ce risque .Nous avons une meilleure compréhension des changements spécifiques  de la maladie , des effets physiologiques liés aux médicaments , et les facteurs spécifiques intrinsèques et acquis spécifiques aux malades qui induisent la thrombose dans le MM. Des recherches supplémentaires  sont nécessaires pour affiner la compréhension des mécanismes , et empêcher que ces facteurs  surviennent ensemble chez un malade donné et déclenche une complication thrombotique au potentiel redoutable.