Venous and arterial thrombosis in patients with haematological malignancy during treatment with ibrutinib

Date: 6 octobre 2019

Titre: Venous and arterial thrombosis in patients with haematological malignancy during treatment with ibrutinib

Source URL: doi: 10.1111/bjh.16209

Mots clés : Maladie thromboembolique veineuse ; Thrombose artérielle ; Ibrutinib

Auteurs : Kander EM, Zhao Q, Bhat SA, Hirsch J, Byrd JC, Ooka L, Wiczer T, Woyach JA, Awan FT, Rogers KA, Wang TF.

Rédacteur : Dr. Corinne FRERE

Texte :

L’Ibrutinib (Imbruvica®) est un inhibiteur de tyrosine kinase qui inhibe la voie de signalisation du récepteur B au niveau de la tyrosine kinase de Bruton. Cette molécule est indiquée : 1/dans le traitement des lymphomes à cellules du manteau (LCM) en rechute ou réfractaire de l’adulte en monothérapie ; 2/dans la leucémie lymphoïde chronique (LLC) en rechute ou réfractaire en monothérapie ; 3/dans la LLC en cas de délétion 17p ou de mutation TP53 chez patients pour lesquels une immuno-chimiothérapie est inadaptée en monothérapie ; 4/ dans la Macroglobulinémie de Waldenström (MW) de l’adulte en monothérapie.

Certaines toxicités de l’Ibrutinib ont été rapportées dans la littérature (évènements hémorragiques, leucostase, infections, cytopénies, pneumopathie interstitielle diffuse, fibrillation/flutter auriculaire, diminution de l’intervalle QTcF…) mais il n’existe à l’heure actuelle aucune donnée concernant l’incidence des thromboses chez les patients traités par Ibrutinib.

Cette étude rétrospective monocentrique a inclus 565 patients ayant reçu un traitement par Ibrutinib. L’âge médian des patients était de 65 ans (valeurs extrêmes, 23–98 ans), 70,3% étaient de sexe masculin, 73,6% étaient atteints de LLC et 81% avaient reçu de l’Ibrutinib dans le cadre d’un essai clinique.

Le temps médian d’exposition à l’Ibrutinib a été de 2,39 années par patient (valeurs extrêmes, 0-7,36 ans). Deux cent vingt-quatre patients (39,6%) ont été traités de façon concomitante par antiagrégants plaquettaires et 47 patients (8,3%) par anticoagulants.

Au cours du traitement par lbrutinib, 22 patients sur 565 (3,9%) ont présenté 24 événements thrombotiques aigus, dont 8 évènements thromboemboliques veineux et 16 thromboses artérielles. Les incidences respectives des thromboses veineuses et artérielles ont été de 0,6 pour 100 personnes-année (IC à 95%, 0,2 à 1,1) et de 1,1 personnes-année (IC à 95%, 0,6 à 1,8). Le temps médian de survenue d’une thrombose veineuse après initiation du traitement par Ibrutinib a été de 7 mois (valeurs extrêmes, 0,5–75 mois) et le temps médian de survenue d’une thrombose artérielle après initiation du traitement par Ibrutinib a été de 24 mois (valeurs extrêmes, 0,4 à 56,6).

Parmi les évènements thromboemboliques veineux, 87,5% (7/8) étaient des thromboses veineuses profondes (TVP). Des facteurs déclenchants ont été retrouvés dans la plupart des cas (voie veineuse centrale, immobilisation, hospitalisation).  

Parmi les 16 thromboses artérielles, la majorité était des accidents vasculaires cérébraux aigus (6/16, 37,5%), et une fibrillation atriale a probablement été à l’origine de 4/16 événements.

Les antécédents de thrombose et un âge avancé étaient significativement associés au risque de thrombose.

Au décours de la thrombose, 9 évènements hémorragiques sont survenus sous traitement par antiagrégants plaquettaires ou anticoagulant (4 hémorragies majeures et 5 hémorragies mineures).

Ces données montrent que l’incidence de la MTEV et des thromboses artérielles est faible chez les patients traités par Ibrutinib. Un traitement concomitant par antiagrégants plaquettaires ou anticoagulants majore le risque hémorragique.